17 septembre
2018

Une nouvelle saison à la Mission Bretonne …

Une nouvelle saison à la Mission Bretonne …

Les inscriptions sont déjà nombreuses et les premiers ateliers démarrent cette semaine. La saison 2018-2019 est lancée et avec elle la joie des retrouvailles ou celle de la découverte. Au nom du Conseil d’Administration, je souhaite à tous ceux qui arrivent comme aux anciens et  à chacun d’entre vous en particulier la bienvenue dans cette belle et vivante maison. « Cette maison est la vôtre » et j’espère qu’elle sera pour vous le lieu « de la joie d’être ensemble ». Merci aux animateurs d’ateliers qui entament avec coeur cette nouvelle année, à nos salariés Benjamin à l’accueil, Blandine à la gestion et Nadine à l’entretien qui font un superbe travail.

Ce  qui frappe à la Mission est la diversité de ses membres, tous les âges, tous les horizons socio-économiques, toutes les origines géographiques, même les plus étonnantes, et tous férus de culture bretonne ! La Mission fait se rencontrer des gens qui, sans elle, ne se seraient jamais croisés et qui sont tellement différents, que dans un autre cadre, ils ne se seraient jamais parlé,  n’auraient peut-être rien échangé. Comme si, ici,  les différences sociales ou générationnelles restaient à la porte. Alors c’est vrai du coup que parfois les discussions sont animées, enflammées, les opinions plurielles…  Mais au final, l’amitié l’emporte. C’est ce que l’on appelle  « l’Esprit de la Mission ». Et cet esprit ce sont ses près de 700 adhérents et ses bénévoles, présents, attentifs, ouverts, fidèles, inventifs et pleins d’humour qui en sont les garants. Sans eux, pas de fêtes, pas d’ateliers,  pas de Mission !

Lorsque l’abbé Elie  Gautier la crée en 1947, sans doute n’imaginait-il pas le développement qu’allait prendre la maison, ni qu’elle s’inscrirait à ce point dans la durée. Peut-être l’espérait-il secrètement, qui sait! La force des deux prêtres qui l’ont, pour l’un créée, et pour l’autre,  installée rue Delambre, mise à l’abri du besoin et ancrée dans sa dimension culturelle, a été d’avoir une vision à long terme. Elle a poursuivi  son chemin, parfois dans la difficulté, mais toujours dans l’espérance ! Et surtout, dans l’idée qu’elle n’a de sens que si les générations  qui s’y succèdent  gardent cette double préoccupation de transmettre un héritage culturel que les défis du monde contemporain rendent d’autant plus précieux, et de rester fidèle à cet esprit de la mission, fait d’accueil et de tolérance, d’ouverture et de respect de l’autre, indéfinissable alchimie qui fait que lorsque l’on a poussé la porte du 22 rue Delambre, on n’en repart plus !  Fragile et précieux, à chaque membre de la Mission d’y adhérer, de le préserver et de le transmettre.

Pour ceux qui sont intéressés par une histoire de la Mission, chaque mois nous vous proposerons un épisode de son histoire. «  Si la Mission nous était contée » en quelque sorte.

Si le bénévolat vous tente, allez-y ! On peut être bénévole sur un évènement, pour quelques heures ou pour un temps plus long.

Enfin, n’hésitez jamais à venir nous rencontrer, nous contacter, nous donner vos idées. Chaque soir de la semaine , l’un d’entre nous au moins est présent.

Françoise LE GOAZIOU pour l’ensemble du Conseil d’Administration

 

« L’esprit de la Mission en quelques phrases»

 

Les statuts,  rappellent que la maison se doit d’être « un lieu de convivialité, de cordialité et de joie d’être ensemble » et qu’elle a été fondée pour « tisser entre tous un réseau d’amitié qui favorise la sauvegarde de la personnalité de chacun dans un développement harmonieux de ses facultés humaines ».

Et le Père Le Quéméner (ancien aumônier de la Mission) rajoutait « Je ne vous demande pas de croire en Jésus-Christ, fils de Dieu, si vous ne le désirez pas ou si cela ne vous intéresse pas, mais je peux vous demander de vivre humainement son message (il n’y en a pas de plus noble) : Aimez-vous les uns les autres…Respectez-vous, accueillez-vous, écoutez-vous, entraidez-vous… » (1999)

 

Ha Brezhoneg :

Kalz a dud o deus lakaet o anv hag ar c’hentelioù kentañ a grogo ar sizhun-mañ. Loc’het eo bloavezh 2018/2019 gant levenez hag ar blijadur adkavout tud anavezet pe mont e darempred gant tud nevez. En anv kuzul meur e hetan deoc’h-holl un degemer mat. Deoc’h da c’houzout eo deoc’h an ti. Spi am eus e vioc’h plijet da vezañ asambles. Trugarez d’an animatourien ha d’an dud gopret, Benjamin en degemer, Blandine er mererezh, ha Nadine a gempenn an ti.

 

Ar pezh souezhusañ gant a zo liested an izili : a bep seurt oad, a vil-vicher, eus pep korn ar bed, an holl entanet gant sevenadur Breizh ! Dre c’hras ar mision, ez eus tu deoc’h ober anaoudegezh an eil d’egile. Heptañ n’o defe ket bet tu eskemm etrezo. Amañ e chom an disheñvelderioù oad ha sokial, er-maez an ti. En desped da bezhioù kaoz pe tabutoù a bep seurt e chom «spered Ti ar Vretoned» renet gant doujañs ar re all. Rannet eo ar spered-se gant ar 700 ezel, an dud a youl-val. digor o spered, leun a fealded hep ankounac’haat ar fent. Hepto, festoù, hag atalieroù ebet. Da lavarout eo Mision ebet.

 

Pa voe krouet ar mision gant an abad Elie Gautier e 1947, n’en doa ket soñjet e teufe ken bras hag e padfe ken pell. Spi en doa marteze a-walc’h piv a oar ? An daou berson o deus evit an hini kentañ e grouet , hag evit an eil staliet anezhañ straed Delambre, e warezet diouzh an diouer a arc’hant, ha roet dezhañ ur ment sevenadurel gant nerzh. Rannañ a raent ur sell hirbad. Aet eo Ti ar Vretoned a-hed e hent a-wechoù gant diaesterioù met atav gant esperañs ha dreist-holl gant ar mennozh treuzkas a rumm da rumm un hêrezh sevenadurel lakaet en arvar gant ar vuhez a-vremañ ha deuet da vezañ priziusañ. chomet eo ar spered-se betek-henn hag evit kalz tud ne vez ket disoñjet morse Ti ar Vretoned ur wech deuet-tre.

 

Evit ar re dedennet gant Istor ar mision, deoc’h da c’houzout e vo kinniget bep miz un abadenn «Ma veze kontet ti ar Vretoned din».

 

M’ho peus un tammig amzer moaien a zo deoc’h kemer perzh en abadenn-mañ-abadenn evel den a youl vat.

 

Ha deuit da gejañ ouzhimp evit n’eus forzh abeg : Unan ac’hanoc’h a zo bemdez prest d’ho selaou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.