La langue bretonne

1063_071_Pyramide-des-agesSans la langue, la culture meurt.

Si le breton disparaissait, continuerions-nous demain à pratiquer la danse et la musique comme aujourd’hui, et plus généralement, aurions-nous le même imaginaire, la même vision du monde, le même rapport à l’autre que porte en lui le breton ? pas si sûr. Il est fort à craindre que la culture bretonne s’affadirait, se standardiserait, s’homogénéiserait et perdrait de sa substance, de sa saveur, de son sel !

1080_053_Emdroadur-an-niver-a-skolidi-divyezhek-2012-FR

Pourtant, le pessimisme n’est pas de rigueur : la pratique du breton progresse à nouveau chez les plus jeunes générations, et les effectifs scolarisés en breton augmentent chaque année. Le combat pour le breton est donc un combat de chaque jour !

C’est pourquoi la Mission Bretonne place en haut de ses priorités l’apprentissage et la diffusion du breton. Car la meilleure façon de défendre le breton, c’est de le donner à entendre et de l’apprendre.

Cet engagement de la Mission prend différentes formes :

 

  • plénier sciences poles cours hebdomadaires de breton : ils ont lieu le mercredi (après-midi et soir) et le samedi matin et s’étagent sur 5 niveaux, du débutant jusqu’au cours de conversation en langue bretonne. Avec maintenant plus de 100 apprenants, la Mission Bretonne est aujourd’hui le premier pôle d’apprentissage du breton en Ile-de-France. On le doit largement à une équipe d’animateurs motivés, enthousiastes et très expérimentés. Serge Plénier, un de nos anciens animateurs, a ainsi formé au breton Nolwenn Leroy et a donné des cours de breton à Sciences Po Paris !
  • les samedis après-midi en breton : régulièrement, souvent en collaboration avec Ti ar Brezhoneg, la Mission organise des après-midis permettant de pratiquer la langue de façon ludique : en faisant des crêpes ou des gâteaux, en visitant Paris ou à l’aide de jeux. Ces activités doivent beaucoup à Hervé Saliou, Christine Le Menn et Koulma, notre ancienne chargée d’accueil
  • un stage long de breton chaque année : il peut s’étaler sur un week-end, voire sur plusieurs jours (en projet). Il permet aux bretonnants de s’immerger dans la langue avec l’aide d’animateurs formés à l’apprentissage du breton, le plus souvent venus de Bretagne (Skol an emsav par exemple).
  • la projection de dessins animés en breton, voire de films (« Lann vraz » en 2013 ou « le cheval d’orgueil » de Chabrol, en breton) : en général, une ou deux fois par an. Ces dessins animés peuvent s’adresser aussi bien à un public adulte qu’à des enfants. Initiative de Ti ar Brezhoneg.
  • l’existence d’un atelier kan ha diskan : il offre tous les mardis soirs la possibilité de chanter la gavotte ou le plinn, en breton evel just ! Voire en vannetais également. Un bon moyen de découvrir le breton !
  • la bibliothèque permet de consulter de nombreux ouvrages, bandes dessinées et revues en langue bretonne, quel que soit le niveau !
  • skrivadegla participation à la Redadeg maintenant, hier à la Skrivadeg ou au Kwizz : des concours culturels en langue bretonne.
  • le soutien aux associations diffusant la langue bretonne : Ti ar Brezhoneg, Diwan (il y a encore quelques années Diwan Paris). La Mission héberge régulièrement des activités de Ti ar Brezhoneg et a soutenu de différentes façons Diwan Paris (fest-noz de soutien, accueil de ses activités dans nos locaux…)

 

breton plénierSerge Plénier, qui a animé le cours de conversation en langue bretonne le mercredi (niveau 4) est l’auteur d’un ouvrage sur la langue bretonne, qui est devenu un incontournable, tant par la précision de l’information donnée, que par la mise en page et l’iconographie attrayantes de l’ouvrage.  » La langue bretonne, des origines à nos jours », disponible aux éditions Ouest-France.

 

Pour en savoir plus sur la langue bretonne, consulter le site de l’Office public de la langue bretonne

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.