La musique

musique darhaouLa culture bretonne, c’est aussi une expressivité musicale très particulière, qui fonde une identité musicale forte et qui fait de la Bretagne le premier pôle d’édition musicale en France, hors Paris.

Cette expression musicale s’appuie sur le répertoire traditionnel transmis par les chanteurs et les sonneurs de biniou-bombarde. Mais l’arrivée de l’accordéon au début du XXème siècle , qui va tuer les gammes non tempérées, puis la création du style accordéon-gavotte à partir des années 1930, enfin la création de groupes de fest-noz dans les années 1970, autour de nouveaux instruments comme la guitare, le violon ou la flûte, vont à la fois  enrichir et faire évoluer la musique bretonne, sans pourtant dénaturer le rapport profond qu’elle entretient avec la transmission orale propre aux musiques traditionnelles.

La musique bretonne va ainsi subir les influences de son époque : le son rock avec l’introduction de batterie et de guitares basses, le jazz, mais aussi le classique ou les musiques des Balkans ou du reste du monde. Les répertoires dansés joués s’homogénéiseront, perdant parfois en diversité ; ils intégreront cependant de nouvelles danses issues du répertoire folk (le cercle circassien par exemple). Bref, pour reprendre le cliché tant entendu mais si vrai, la musique bretonne navigue entre tradition et modernité, se renouvelant sans cesse tout en restant la même… C’est que, d’une certaine façon, « il faut que tout change pour que rien ne change » (baron de  Lampedusa)

Outre les ateliers hebdomadaires, la Mission organise des activités musicales de différente natures :

  • les festoù-deiz : les bals bretons où musiciens, danseurs (et non danseurs aussi !) se rencontrent
  • les concerts
  • les stages de musique

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.